Repentigny, le 2 avril 2019 – À la suite du dépôt du rapport de la commissaire à l’environnement, Monique Pauzé, porte-parole du Bloc québécois en matière d’environnement a fustigé l’inaction d’Ottawa concernant l’élimination des subventions aux énergies fossiles.

« Alors qu’on apprend que le Canada se réchauffe deux fois plus vite que le reste de la planète, la commissaire nous prouve qu’Ottawa n’a strictement rien fait en vue d’éliminer les subventions aux énergies fossiles, même s’il a pris cet engagement il y a dix ans. Les libéraux n’ont même pas travaillé à déterminer ce qui constitue une subvention et se permettent de carrément refuser des recommandations de la commissaire. C’est irresponsable et désolant ! », a déploré Mme Pauzé.

La commissaire à l’environnement et au développement durable, Julie Gelfand, a déposé un rapport dans lequel elle reproche au gouvernement de ne pas avoir de plan ni d’échéancier pour éliminer les subventions fédérales aux énergies fossiles. Il s’agit d’un engagement pris par le fédéral, sous Stephen Harper, lors d’une rencontre du G20 en 2009 ainsi que d’une promesse électorale des libéraux en 2015.

La commissaire a reproché au ministère des Finances de ne tenir compte que des aspects économiques et financiers dans l’évaluation de l’efficacité de ses subventions. La commissaire avait recommandé l’an dernier au ministère « d’élaborer des directives permettant d’évaluer l’inefficacité d’une subvention fiscale en tenant compte » des aspects environnementaux, ce que le gouvernement a rejeté du revers de la main. Mme Gelfand précise que c’est la première fois qu’une de ses recommandations est catégoriquement refusée.

La commissaire s’en est aussi prise au ministère de l’Environnement, qui est incapable de déterminer précisément ce qu’était une subvention, encore moins une « subvention inefficace ». Mme Gelfand a démontré qu’« Environnement et changement climatique Canada n’a pas défini la notion de subvention non fiscale aux combustibles fossiles, mais a tout de même déterminé qu’il n’y en avait pas ». Son rapport dénonce aussi que le ministère n’ait étudié les programmes que de 23 organisations fédérales sur 200.

« C’est une autre promesse électorale brisée des libéraux. Ils avaient promis de commencer à réduire les subventions aux énergies fossiles pendant leur mandat, mais ils en sont encore à la toute première étape : définir ce qui constitue une subvention. Encore aujourd’hui, Ottawa est un adversaire dans la lutte aux changements climatiques », a conclu Monique Pauzé.