Repentigny, le 25 février 2020 –  Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, et Monique Pauzé, députée de Repentigny ont fait connaître les sept premiers projets de loi que la formation indépendantiste a déposés à la Chambre des communes.

Nous avons pris des engagements lors de la campagne électorale et nous entendons les honorer, a déclaré Monique Pauzé. On le voit avec la crise autochtone et l’abandon du projet de mine de sables bitumineux Fontier, l’environnement est au cœur des priorités de bien de gens. C’est pourquoi nous  voulons forcer le Canada à respecter ses obligations en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Nous le ferons avec une loi contraignante qui comprend un système de reddition de compte.

Le projet de loi sur la souveraineté environnementale que la députée bloquiste avait  déposé lors de la dernière législature est à nouveau sur la table.

Si j’avais des appuis à l’extérieur du Québec en 2018, notamment en Colombie-Britannique, je crois qu’avec la conjoncture actuelle, ce projet de loi trouvera écho auprès d’un nombre grandissant de personnes. Nous sommes plusieurs à souhaiter  faire primer les lois provinciales et les règlements municipaux sur celles du fédéral lorsque ses projets d’infrastructure, tel un oléoduc, ont une incidence sur l’environnement ou l’aménagement du territoire, poursuit Mme Pauzé.

La députée a également tenu à souligner l’importance d’autres projets de loi comme celui visant à protéger intégralement la gestion de l’offre, celui sur l’instauration d’un rapport d’impôt unique qui permettrait aux contribuables d’économiser environ 425 millions $ et celui sur la promotion du modèle d’intégration québécois.

Les sept projets du Bloc Québécois de loi porteront sur :

•        L’obligation du Canada à respecter ses engagements en environnement lorsqu’il a signé l’Accord de Paris ;

•        L’obligation du Canada à respecter les lois du Québec et les règlements municipaux en ce qui a trait à l’aménagement du territoire et de l’environnement ;

•        Le retrait du Québec de la Loi sur le multiculturalisme ;

•        L’obligation des résidents permanents habitant au Québec de démontrer une connaissance suffisante du français ;

•        L’instauration d’un rapport d’impôt unique québécois ;

•        L’obligation du Canada à ne plus ouvrir de brèches dans la gestion de l’offre ;

•        L’augmentation des prestations spéciales de maladie de l’assurance-emploi de 15 à 50 semaines pour les gens atteints de maladies graves.

En déposant ces projets de loi, nous honorerons le mandat qui nous a été confié par les Québécoises et Québécois : défendre leurs intérêts à Ottawa. Il incombera alors aux autres partis en Chambre de respecter le caractère distinct du Québec et la volonté consensuelle exprimée par son peuple sur ces dossiers névralgiques ! », a conclu Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois.